Notre histoire

Aujourd’hui le nom d’un célèbre quartier nantais, ce dernier doit sa renommée à une famille nantaise dont l’aventure a commencé en 1867 avec Jules-César Decré.

1 − Les débuts

Originaire de Mayenne, Jules-César Decré arrive à Nantes en 1857 où il débuta sa carrière en tant que simple employé au Grand Bazar Motté. Très vite à l’aise et travailleur, c’est sous l’impulsion de son ancien employeur que Jules-César Decré débuta l’aventure de la famille Decré.

Deux ans après l’ouverture du Grand Bazar Decré situé alors rue Basse-Grande-Rue (devenue aujourd’hui la rue de la Marne), Jules-César se maria avec Eugénie Poster. De cette union naquirent Eugène (1870) et Jules (1872).

2 − L’expansion

Très vite rejoint par ses enfants, ces derniers ne contentèrent pas d’un simple rôle de soutien pour leurs parents. Progressivement, Jules et Eugène firent l’acquisition des immeubles environnants. L’entreprise familiale prit le nom de « Decré Frères » en 1902. Le Grand Bazar Decré laissa la place aux Grands Magasins qui devint alors une institution sur la place nantaise.

La guerre mit une pause dans l’expansion. Les deux frères étant mobilisés pour la guerre en tant qu’officier de réserve, Jules-César Decré repris du service. Il fut néanmoins secondé par la nouvelle génération alors âgé de moins de 20 ans, Emile et Jean. À l’Armistice, Eugène et Jules reprennent leur place.

1921

Le père fondateur s’éteint. Ce n’est pas pour autant que les deux générations de Decré désormais à la tête de l’entreprise s’arrêtent d’innover : promotions, service après-vente, agence de voyage interne, catalogue et ventes par correspondance…

Le grand magasin, qui n’a aucune succursale en dehors de Nantes, rayonne ainsi de Quimper à La Rochelle. Les catalogues sont envoyés à plus de 170.000 foyers dans les départements bretons et poitevins. Chaque semaine, les camions de livraison parcourent plus de 4.000 km pour livrer les clients.

3 − Le plaisir de la consommation et du loisir

La famille Decré décide aussi de construire un nouvel établissement commercial, en face du bâtiment historique. Totalement révolutionnaire, il marque durablement le paysage du centre-ville de Nantes. Œuvre de l’architecte Henri Sauvage, remarqué par les Decré pour son travail avec la Samaritaine à Paris, il est construit en cinq mois, grâce à l’utilisation d’éléments préfabriqués. Alliant structures de verre et d’acier, il abrite sur sept étages, en plus des surfaces commerciales, cinéma, restaurant, bureau de poste, manège et théâtre pour enfants. Une galerie d’art est également créée, afin de permettre aux clients de «venir former leur goût et développer leur sens de l’esthétisme ». Il compte également, à partir de 1934, des kiosques à crèmes glacées. S’inspirant de la mode des « ice-creams » anglo-saxonne, Émile Decré, l’un des fils de Jules, développe la fabrication de glaces, au sein même des grands magasins.

Prouesse architecturale, l’édifice – qui est l’un des magasins les plus grands et plus modernes d’Europe – est inauguré le 14 octobre 1931. Il emploie près de 700 personnes et exerce son influence à 150 km à la ronde. Détruit en 1943 par un bombardement, un magasin provisoire rouvre quelques jours plus tard et fonctionnera jusqu’en 1950, le temps de reconstruire ce temple de la consommation nantaise. La tâche est confiée à l’architecte Charles Friésé.

4 − La fin de l’aventure

1947

Émile Decré entreprend un voyage d’études au Canada et aux États-Unis, où il découvre les premiers centres commerciaux. Ses observations sur l’aménagement et les services des grands magasins américains influencent sa vision de la reconstruction du bâtiment.

Après-guerre, la quatrième génération des Decré rejoint l’enseigne : les arrière-petits-fils du fondateur, après une expérience outre-atlantique, reviennent mettre en pratique ce qu’ils ont appris. L’entreprise se diversifie et crée les magasins de sport La Hutte en 1952, tout en développant la fabrication de crèmes glacées avec la marque Frigécrème. En 1967, face à la concurrence et le développement des grandes surfaces, le groupe Decré lance les hypermarchés Record. Le premier ouvre en périphérie de Nantes, sur la route de Vannes. Un an seulement après son ouverture, il accueille déjà son millionième client. Mais les grandes enseignes comme Leclerc ou Carrefour accentuent leur pression, Record est cédée en 1975, après la mort d’Émile Decré. C’est le début de la fin pour la holding familiale, qui vend ses affaires en 1979 aux Nouvelles Galeries…

5 − L’héritage

Le grand magasin est passé sous le giron des Galeries Lafayette vingt ans plus tard. L’enseigne parisienne s’y installe en 2004. Et Pourtant, encore aujourd’hui, les Nantais vont « chez Decré » plus qu’aux Galeries !

Le nom Decré appartient désormais aux nantais qui se le sont appropriés. Il faut dire que la famille de commerçants et son bâtiment font partie du patrimoine local. Chaque nantais a encore le souvenir des expositions de planeurs, de caravanes ou de voitures sur le toit-terrasse des Grands Magasins, ou encore les animations organisées pour les fêtes de Noël…